Enquête sur LGBTphobies dans le sport

Perceptions et expériences de l’homophobie et de la transphobie dans le sport et attentes pour lutter contre

Enquête IPSOS menée pour la Fédération Sportive LGBT+ et financée par le Ministère des Sports

1. Pourquoi cette enquête ?

Le sport est un espace de vigilance et d’attention au regard des LGBTphobies. En effet, le sport est caractérisé par une forme de dualité ou d’ambivalence : d’une part, le sport véhicule des valeurs nobles (fair-play, l’esprit d’équipe, le respect, le dépassement de soi) ; d’autre part il peut être aussi l’affirmation du plus fort, parfois même la domination du plus fort, domination qui peut entraîner des dérives virilistes et masculinistes, dérives qui elles-mêmes engendrent le sexisme et les LGBT phobies très présentes dans le sport.

Si l’on savait les LGBTphobies présentes dans le sport, on ne savait pas jusqu’à l’année dernière en mesurer l’importance avec des données factuelles et quantitatives. C’est maintenant le cas avec cette enquête construite conjointement par la Fédération Sportive LGBT+, qui a porté sur deux échantillons, un panel généraliste représentatif statistiquement des françaises et français, et un panel de LGBT suffisamment important pour être représentatif de la population LGBT en terme de tendance.

2. Quels en sont les résultats?

L’intégralité des résultats de cette enquête est disponible à la fin de l’article avec les réponses aux environ 35 questions pour chacun des deux panels. 

Les 5 chiffres à retenir :

  • 1 français·e sur 2 a été témoin d’une situation homophobe ou transphobe dans le milieu sportif
  • 1 personne LGBT sur 2 a été victime d’une situation LGBT Fab dans le milieu sportif
  • Moins d’1 français·e sur 2 considère que les choses sont faites pour lutter contre les LGBT phobie dans le sport
  • Plus de 3/4, des Français·e considèrent qu’il faut aller plus loin pour lutter contre les LGBT phobie dans le sport
  • 91 % des français·e considère que tout doit être fait pour que chacune chacun puisse pratiquer son sport sereinement indépendamment de son orientation sexuelle est le sens de l’identité de genre

3. Quelle conclusion, et quelles suites à donner à cette enquête ?

Première conclusion

Ces chiffres sont sans appel : ils montrent que l’homophobie et la transphobie sont massivement présentes dans le sport, mais aussi qu’une très grande  majorité des Français nous soutient dans cette lutte. Une des premières actions sera de communiquer plus largement les résultats de cette enquête, ce que nous comptons faire pendant la quinzaine des Fiertés 2023 et lors de notre forum de rentrée.

Deuxième conclusion

Ces résultats donnent toute leur importance à nos associations sportives LGBT + car si une personne LGBT souhaite pratiquer son sport en étant elle-même et dans des conditions de sécurité, c’est dans nos associations qu’elle trouvera les conditions pour pratiquer sereinement son sport. C’est un message fort pour nous permettre d’avoir plus de créneaux – dans les stades, dans les piscines, dans le gymnase – créneaux qui sont actuellement très insuffisants pour la population LGBT+.

Troisième conclusion

La Fédération est légitime pour disposer de plus de moyens pour lutter contre les LGBTphobies dans le sport, car ce sont plus de 3/4 des Français qui considèrent qu’il faut aller plus loin pour lutter contre les LGBT phobie dans le sport.

Comment utiliser au mieux ces moyens supplémentaires ?

En plus de la communication sur cette enquête, la Fédération Sportive LGBT+ s’est engagée dans le plan Dilcrah à déployer une grande campagne de sensibilisation auprès des fédérations sportives, en ciblant les instances décisionnaires. Ces modules de sensibilisation comprendront un chapeau général sur les  populations LGBT, et également une partie personnalisée sur les problématiques LGBT propres à un sport donné

Combiné avec l’opportunité et la visibilité qu’apporteront les JO et Paris 2024, l’objectif est de faire évoluer les mentalités dans le sport, mais aussi de discuter avec chaque Fédération sportive des solutions pour une meilleure inclusion des personnes LGBT dans leur sport et notamment des personnes trans.

Contact et coordinateur : Patrick Ferlin  vie.associative@sports-lgbt.fr

Contributions à l’enquête IPSOS 2022/23 :

Fédération Sportive LGBT+

Groupe de travail

Helène Germain, Eric Arassus, Jean-Noël Besnier, Xavier Chambard, Thierry Deteix, Patrick Ferlin, Raimbaud Ronteau,

Communication

Christopher De Paola, Nicolas Dussouil, Antoine Nevado

IPSOS

Alice Tetaz, Laurène Boisson, Etienne Mercier

Le communiqué de presse

Téléchargez ici l’intégralité du communiqué de presse

L’intégralité de l’enquête

Voici l’intégralité de l’enquête, pour la télécharger veuillez remplir ce court formulaire, cela nous permettra de savoir votre motivation 😊